Donne sa chance à la planète

Donne sa chance à la planèteCertains affirment que les problèmes environnementaux aujourd’hui sont graves, qu’il convient de leur apporter rapidement une solution. D’autres prétendent que les inquiétudes des écologistes sont exagérées, voire infondées et que le maintien de la croissance économique et démographique est possible et souhaitable.

Une croissance infinie dans un monde fini est-elle vraiment le seul moteur possible de l’économie ? Peut-on encore et toujours, au nom de la croissance, exiger le sacrifice du vivant ? Certains aspirent simplement à se nourrir du lait de leur terre mère, tandis que d’autres, pillent le sang de leur mère, jusqu’à ce qu’elle meure, ses enfants avec elle. Aujourd’hui de vastes terres sont peuplées par des villes géantes, les forêts sont détruites, la faune meurtrie, les eaux des rivières polluées, l’air empoisonné comme si nous méprisions la vie. Nous voilà devenus incapables de voir la beauté d’une nature qui accompagne chacun de nos gestes et nous protège, depuis notre enfance, comme un oiseau aux ailes d’or.

Dans le même temps, nous vivons une mutation culturelle, sociétale et technologique. La pensée classique de la perfectibilité selon laquelle l’humain peut s’améliorer par l’éducation s’efface derrière la perspective d’une amélioration indéfinie qui permettrait, grâce aux nouvelles technologies, de changer jusqu’à l’humaine condition et la nature humaine. Les questions de l’environnement sont renvoyées à un cyber futur virtuel, plus ou moins proche. Attendrons-nous d’être devant une réalité fatale pour changer de conscience ?

Les Brahma Kumaris, pour leur part, entretiennent un mythe singulier. L’histoire raconte que lorsqu’un grand danger menace les assises de l’univers, Dieu vient enseigner aux êtres comment restituer en eux l’énergie à la source de l’existence : la shakti ou la lumière de l’âme. Il en résulte un renouveau de l’état primitif de la conscience : l’âme humaine est l’être lumineux incarné ; le monde, lui, est une théophanie.

Le processus de création de l’environnement se fait acte de mesure des possibilités de l’être. La terre est belle lorsque les âmes sont belles. La nature perd de sa beauté lorsque les âmes enlaidissent. Quelle conscience faut-il pour générer des continents de plastique, des vortex de déchets, des marées noires, des smog jaunâtres ou des boues rouges ?

Pour les Brahma Kumaris l’expression de notre sensibilité et les formes que nous lui donnons sont la cause du monde. En ce sens, l’ensemble des évènements et des phénomènes est notre œuvre. A condition d’être, au moment d’agir, pleinement conscient et attentif à l’Être, chacun d’entre nous apporte sa touche de beauté au  grand tableau du monde.

Les artistes que nous avons invités ne souscrivent pas forcément  aux histoires que les Brahma Kumaris racontent. A leur manière intuitive, visionnaire et sensible, ils  apportent ici  à nos prises de conscience un nouveau langage subtil et évocateur.

Un message, un signal : la tâche de l’être est d’embellir la planète non d’y faire table rase.

Ces artistes exposent et vous êtes chaleureusement invités L’exposition « Donne sa chance à la planète » du 18 octobre au 10 décembre 2015 au Centre de Raja Yoga de Paris 20e.

Pensée du jour
close slider

La pensée du jour

jeudi 13 décembre 2018
Conjuguez la victoire au présent, et vous saurez ce que vous réserve le futur ; le passé est alors bel et bien révolu et il ne reste rien d’autre que le succès.