Être végétarien, c’est bon pour la méditation

Avant, il fallait me battre pour me faire manger les légumes qui accompagnaient le steak. Sauf les frites, bien sûr ! Maintenant, ce serait plutôt l’inverse !
Un jour j’ai commencé à méditer, à méditer « raja yoga ». Et là, – comme le hasard fait bien les choses -, j’ai appris que pour favoriser une saine méditation, il était préférable d’éviter toutes les substances qui pouvaient perturber la méditation. A savoir, en gros : l’alcool et le tabac, ça, je m’en doutais un peu, mais aussi la viande, le poisson, l’ail, l’oignon et les œufs. Tout ça ?!
Premier réflexe : Qu’est-ce qui reste ?! Dommage pour le poisson, je m’étais un peu rabattu dessus. Une sole meunière, une truite aux amandes ou tout simplement une sardine à l’huile ! Mais bon, il est vrai que lorsqu’on voit les conditions dans lesquelles ils sont pêchés, tués et conditionnés, ça fait froid dans le dos. Ils ont le temps d’envoyer des tonnes de signaux de stress et de mort dans leur chair. Celle, justement, que nous mangeons !
La grande idée reçue, le grand cliché, a été de nous faire croire que notre métabolisme est comme celui des cochons, alors qu’en fait notre système digestif s’apparente plus à celui des frugivores. Or, tout ce que nous absorbons et la façon dont nous le mangeons, influe sur notre physique et notre mental. D’où l’intérêt de cuisiner et de se nourrir de façon sereine et équilibrée, en restant conscient que c’est l’âme qui nourrit le corps, et en donnant ainsi à la nourriture un pouvoir spirituel important. Il faut bien sûr veiller à respecter les besoins journaliers en protides, lipides et glucides. Un repas végétarien équilibré comprendra : crudités, céréales (complètes de préférence), légumineuses en plus petite quantité, légumes et éventuellement produits laitiers. Le tout cuisiné dans un bon niveau de conscience.
Cela va faire 30 ans que je me nourris comme ça. Je commence ma journée par une méditation tôt le matin, je fais 20 km de vélo par jour et je me porte très bien. Je fais des analyses de sang tous les ans, et, ô divine surprise : aucune carence et pas de cholestérol. Cool ! D’ailleurs, maintenant, j’ai un jardin. Mon jardin est mon assiette ! Ça me simplifie énormément la vie, ça me coûte moins cher et ça me permet d’éviter bon nombre d’intoxications alimentaires. Et en plus, j’aime ça et mes méditations sont bonnes… So, what else !?

Arnaud Leduc

Pensée du jour
close slider

La pensée du jour

jeudi 13 décembre 2018
Conjuguez la victoire au présent, et vous saurez ce que vous réserve le futur ; le passé est alors bel et bien révolu et il ne reste rien d’autre que le succès.